Je suis tombée amoureuse

Après le camp d’Atlixco, c’est avec toi, Puebla, que je suis tombée amoureuse. J’aime tes hauts et tes bas : ils font partie de tes couleurs, tes paysages et des gens que j’apprécie peu à peu. Ton centre historique me fait sentir la bienvenue; je m’y sens comme chez moi, c’est un peu difficile sans ma famille. J’aurais aimé qu’elle puisse aussi te connaître.

Je te mentirais si je te disais que je n’aime pas Cholula, mais ne sois pas jalouse; bien que je me reconnaisse dans son élégance architecturale et dans sa déchéance nocturne, elle m’est éphémère. Le seul sentiment fort que j’ai ressenti avec elle, c’était celui de la gratitude envers la vie, lorsque j’ai vu le plus beau coucher de soleil à ses côtés. J’étais au sommet de la pyramide, au niveau du Santuario de la Virgen de los Remedios, et j’ai vu comment le ciel embrassait le volcan.

Quoi qu’il en soit, toutes deux vous m’apportez un sentiment de mélancolie et de nostalgie profond, parce que vous me rappelez le pays que je n’ai pas visité depuis dix ans.

J’ai aussi connu la ville de Mexico et elle a changé de quoi en moi. Tu sais, Puebla, j’avais un plan avant de venir ici, mais cette dernière m’a … Je ne saurais te dire si elle les a changés ou si elle m’a encore plus motivée à faire ce que je veux faire. 

Le musée d’anthropologie m’a fait reconnecter avec mes origines autochtones du pays d’à côté, mon pays d’origine. En plus, connaître le musée d’une femme qui m’a aidée à devenir qui je suis aujourd’hui, Frida Kahlo, m’a fait sentir épanouie, réalisée.

Dans tous les cas, je me suis retrouvée auprès de vous trois et j’espère sincèrement que les prochains voyageurs qui auront à vous connaître resteront aussi bouche bée que moi.

Maria-Paula De Leon-Flores

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire